L’école Kishinkaï

喜振会

Le groupe Kishinkaï Aïkido a été créé en 2013 par Léo Tamaki. Cette école, encore jeune, est en plein développement. Dès le début du projet, trois enseignants français ont rejoint le courant de pratique créé par Léo : Issei Tamaki, Julien Coup et Tanguy Le Vourc’h.

D’autres enseignants en France, en Europe et à l’international ont rejoint ce groupe, qui compte actuellement 29 dojos.

En région Occitanie, plusieurs dojos dont celui d’Emmanuel Wildemann du Kishinkai Aïkido de Toulouse suivent ce courant.

Les quatre enseignants français, à la base de ce projet, ont tous pour source d’inspiration principale le travail de maître Tamura en aïkido. Ils ont suivi également le travail de maître Kuroda celui de maître Hino et celui de maître Akuzawa.

Voici une interview de Léo Tamaki explicitant l’orientation de sa pratique et donc celle de l’école il y a deux ans.

Les dojos

Les membres fondateurs

Léo Tamaki

Paris (75)

Issei Tamaki

Herblay (95)


Tanguy Le Vourc’h

Brest (29)

Julien Coup

Argenteuil (95)


En france

Fabien Lespagne
Gap (05)
Germain Chamot
Valence (26)
Emmanuel Wildemann
Toulouse (31)
Taro Ochiai
Auch et Gimont (32)
Simon Gousseau
Grenoble (38)
Remy Samouillé
St Etienne (42)
Jean-Christophe Magoni
Nantes (44)
Nicolas Corboz
Rioz (70)
Alexandre Grzegorczyk
Panazol (87)
Eric Hache et Thierry Meyer
Belfort (90)

A l’étranger

Stephane Crommelynck
Bruxelles (Belgique)
Arnaud Lejeune
Liège (Belgique)
Albert Poncelet
Paliseul (Belgique)
Sebastien Place
Soignies et Braine-le-Comte (Belgique)
Nathan Augeard
Glasgow (Ecosse)
Chuntug Taguba et Robbert Scherpenisse
Amsterdam (Pays-Bas)
Ivan Garcia, à Valencia (Espagne)Zanshin Dojo, à Nouméa (Nouvelle Calédonie)

Dojos amis

Yann Goffin (Aikido FFAB), à Toulouse
Nicolas Lorber (Shinjukai Karate Do), à Bordeaux
Simon Pujol (Goshinkai Ju-Jutsu), à Albi