Retour sur le stage de Toulouse avec Issei Tamaki

Fondateur de l’école KISHINKAI avec son frère Léo TAMAKI, Tanguy Le Vourch’ et Julien COUP.

Durant cette deuxième édition, nous avons pu mesurer notre progression, mais toujours et encore le chemin à parcourir.

Pour commencer, une « petite » mise en route, physique à base d’exercices de mobilisation du corps (tout en maîtrise de nos gestes) et de sensation. Le travail sur les ukemis, sur les frappes (absorption dans son corps, …), et sur les déplacements (sur la ligne – aïe les hanches 🙂 toujours indispensable 😉

Un travail de la journée s’est articulé autour des Soto Kaiten Nage, Kokyu nage, et un travail au Bokken (Maki Otoshi) pour finir. Prendre la ligne, soigner son attaque pour prendre l’ascendant, ouvrir ses hanches pour offrir une surface minimale en cas d’attaque, conscientiser les six articulations des jambes (hanches, genoux, chevilles), afin de ne pas les verrouiller et de ce fait obtenir une plus grande mobilité globale, des « mantras » qui devrons guider notre progression.

Bref un stage riche et intense qui nous a donné des pistes pour progresser dans cette discipline.

Merci Issei, Emmanuel & Yann pour cette journée.

Retour sur le stage du 7 décembre avec Emmanuel Wildemann

Avant les fêtes de fin d’année, nous avons organisé notre stage annuel.

Nous vous proposons de venir découvrir ou  de re-découvrir le travail de l’école Kishinkai, grâce à Emmanuel WILDEMANN du Kishinkai Aikido de Toulouse.

Intervenant régulièrement dans notre dojo, il a aimablement accepté notre proposition d’animer le stage.

Emmanuel est un enseignant et pratiquant de haut niveau de l’école Kishinkai.

Fondé par Léo TAMAKI, Issei TAMAKI, Tanguy LE VOURC’H et Julien COUP, le Kishinkai est une école d’aïkido qui garde au cœur de sa pratique la recherche d’efficacité. Les compétences développées pour répondre à cette problématique sont notamment le relâchement, la mobilité et le développement des perceptions. Pour autant, il n’y a pas de recherche de puissance ni de capacités athlétiques exceptionnelles, la pratique est accessible à tous, hommes, femmes, enfants, de tous âges, selon ses possibilités physiques.

Nous proposons tous les mardis une structure de cours suivant le travail de cette école.

Cette année nous proposons le mercredi un cours adapté aux enfants à partir de 5 ans.

Un petit résumé, non exhaustif 🙂

Nous avons commencé par un préparatoire du corps avec de la respiration et divers assouplissements, pour finir sur du travail sur les chutes (ukemis).

Travailler sur la ligne, ne pas dévier l’attaque, rechercher l’extension, le déséquilibre, … bref les « mantras » habituels de l’école, qui ont guidé notre travail de la journée.

Un session de travail sur l’après-midi spécifique au bokken d’une grande précision est venu terminer en beauté cette journée.

Merci Emmanuel.

Quelques photos

  • Le patron surveille 🙂
  • Pratiquer dans la bonne humeur
  • Les enfants ont bien travaillé
  • Les enfants ont bien travaillé

Retour sur le stage intensif de l’école Kishinkai

Cet été, nous nous sommes rendus en force pour effectuer cette semaine intensive de pratique.

Ce stage nous a permis de nous confronter à des pratiquants de très haut niveau de l’école, et d’améliorer ostensiblement notre pratique au quotidien.

Nous étions trois membres du dojo, Adrien, Benoît et moi-même.

Au programme, formation enseignant Niveau 1 pour les deux premiers nommés, et Niveau 2 pour moi-même.

Nos journées se sont organisées comme ceci :

  • Cours d’une heure d’armes (bokken) sur la plage de 7:15 à 8:15
  • Formation enseignant (revue catalogue technique complet) de 8:45 à 11:45
  • Cours sur la gestion du combat de 17:00 à 19:00
  • Préparation physique de 19:30 à 20:30 sur la plage

Nous avons pu travailler sur plusieurs aspects :

  • le relâchement,
  • le déplacement,
  • l’intention,
  • l’intuition,
  • et la lucidité, notamment lors des séances de combat
  • etc …

Beaucoup de chemin à parcourir pour nous, mais que ce fut enrichissant. Nous espérons capitaliser cette année en intégrant divers éléments dans nos cours et proposer à nos pratiquants la meilleure pratique possible.

Sébastien

L’école Kishinkaï

喜振会

Le groupe Kishinkaï Aïkido a été créé en 2013 par Léo Tamaki. Cette école, encore jeune, est en plein développement. Dès le début du projet, trois enseignants français ont rejoint le courant de pratique créé par Léo : Issei Tamaki, Julien Coup et Tanguy Le Vourc’h.

D’autres enseignants en France, en Europe et à l’international ont rejoint ce groupe, qui compte actuellement 29 dojos.

En région Occitanie, plusieurs dojos dont celui d’Emmanuel Wildemann du Kishinkai Aïkido de Toulouse suivent ce courant.

Les quatre enseignants français, à la base de ce projet, ont tous pour source d’inspiration principale le travail de maître Tamura en aïkido. Ils ont suivi également le travail de maître Kuroda celui de maître Hino et celui de maître Akuzawa.

Voici une interview de Léo Tamaki explicitant l’orientation de sa pratique et donc celle de l’école il y a deux ans.

Les dojos

Les membres fondateurs

Léo Tamaki

Paris (75)

Issei Tamaki

Herblay (95)


Tanguy Le Vourc’h

Brest (29)

Julien Coup

Argenteuil (95)


En france

Fabien Lespagne
Gap (05)
Germain Chamot
Valence (26)
Emmanuel Wildemann
Toulouse (31)
Taro Ochiai
Auch et Gimont (32)
Simon Gousseau
Grenoble (38)
Remy Samouillé
St Etienne (42)
Jean-Christophe Magoni
Nantes (44)
Nicolas Corboz
Rioz (70)
Alexandre Grzegorczyk
Panazol (87)
Eric Hache et Thierry Meyer
Belfort (90)

A l’étranger

Arnaud Lejeune
Liège (Belgique)
Albert Poncelet
Paliseul (Belgique)
Sebastien Place
Soignies et Braine-le-Comte (Belgique)
Nathan Augeard
Montréal (Canada)
Chuntug Taguba et Robbert Scherpenisse
Amsterdam (Pays-Bas)
Ivan Garcia, à Valencia (Espagne)Zanshin Dojo, à Nouméa (Nouvelle Calédonie)

Dojos amis

Yann Goffin (Aikido FFAB), à Toulouse
Nicolas Lorber (Shinjukai Karate Do), à Bordeaux
Simon Pujol (Goshinkai Ju-Jutsu), à Albi


Retour sur le stage de Toulouse avec Issei Tamaki

Fondateur de l’école KISHINKAI avec son frère Léo TAMAKI, Tanguy Le Vourch’ et Julien COUP.

Retour sur le stage

Durant cette première édition, nous avons pu mesurer notre progression, mais aussi le chemin à parcourir.

Pour commencer, une « petite » mise en route, physique à base d’exercices de mobilisation du corps (tout en maîtrise de nos gestes) et de sensation. Le travail sur les ukemis, sur les frappes (absorption dans son corps, …), toujours indispensable 😉

Par la suite un travail au bokken d’absorption de l’attaque, qui a été poursuivi en raccourcissant la lame, pour finir au tanto nous a permis de travailler sur la gestion de l’attaque. Proposer « une ouverture », « subir » l’attaque pour la retourner en sankyo par exemple. Donner l’impression que l’on est pris par l’attaque, mais finalement pas tant que ça 😉

Retour sur le stage avec Emmanuel Wildemann

En cette fin d’année martiale, nous avons organisé notre premier stage depuis quelques années.

Nous avons convié les pratiquants de Bigorre et d’ailleurs à découvrir le travail d’Emmanuel WILDEMANN du Kishinkai Aikido de Toulouse.

Intervenant régulièrement dans notre dojo, il a aimablement accepté notre proposition d’animer le stage.

Emmanuel est un enseignant et pratiquant de haut niveau de l’école Kishinkai.

Fondé par Léo TAMAKI, Issei TAMAKI, Tanguy LE VOURC’H et Julien COUP, le Kishinkai est une école d’aïkido qui garde au cœur de sa pratique la recherche d’efficacité. Les compétences développées pour répondre à cette problématique sont notamment le relâchement, la mobilité et le développement des perceptions. Pour autant, il n’y a pas de recherche de puissance ni de capacités athlétiques exceptionnelles, la pratique est accessible à tous, hommes, femmes, enfants, de tous âges, selon ses possibilités physiques.

Un petit résumé, non exhaustif 🙂

La thématique de ce stage était le lien entre le travail aux armes et à mains nues.

Nous avons commencé par un préparatoire du corps avec de la respiration et divers assouplissements, pour finir sur du travail sur les chutes (ukemis).

Travailler sur la ligne, ne pas dévier l’attaque, rechercher l’extension, le déséquilibre, … bref les mantras habituels de l’école, qui ont guidé notre travail de la journée.

Un travail au bokken d’une grande précision est venu terminer en beauté cette première édition.

Merci Emmanuel.

Quelques photos

  • Groupe du matin
  • Groupe du matin
  • Préparation et assouplissement
  • #mode calin 🙂
  • De quoi se réhydrater 😉
  • Toujours un travail studieux
  • Le groupe de l’après-midi